L’église Saint-Pierre et sa Crypte

1265393982.jpgL’église Saint-Pierre est un édifice d’origine pré romane (nef) comprenant un voûtement et une travée d’avant chœur du XIIème siècle. Une extension vers l’ouest fut réalisée à la fin du Moyen-Age. Le clocher fut construit sur le chœur, avec une voûte à quatre branches d’ogives et deux liernes chanfreinées, sans doute au XVème siècle, puis restauré au XIXème siècle. L’église est toute simple mais abrite deux autels dignes d’intérêt : l’un est en bois sculpté, l’autre en marbre blanc.

Une vaste crypte rectangulaire s’étend sous toute la longueur de l’église. Elle est pour ainsi dire enfouie dans la terre. Recouverte d’un berceau surbaissé et agrandie au XVème siècle, elle servait de sépulture aux seigneurs du Repaire. Notre village possède ce joyau depuis le XIIème siècle. Pour y accéder, il faut soulever une trappe de bois et prendre l’escalier de pierre qui laisse apparaître le triple portail ogivé avec ses voûtes de pierres remarquables. Sur les parois des murs latéraux, on découvre une lître, des armoiries des seigneurs de Galard de Béarn, châtelains du Repaire, inhumés dans la crypte.

1265394199.jpgEn pénétrant cette église sous terre, on est agréablement surpris par sa fraîcheur reposante, propice aux pensées salutaires pour ceux qui ont vécu à une époque légendaire. La lumière indécise et rare est fournie par des ouvertures étroites et peu nombreuses, respectant suffisamment ces ténèbres créées pour des héros d’un autre temps. L’autel de cette crypte, dédié à Notre-Dame des Sept douleurs, baigné de la douce lumière du charmant vitrail consacré à la Vierge Marie, nous invite à la prière et à la réflexion.

Les armoiries de la crypte nous viennent de l’histoire liée aux seigneurs passés sur nos terres.
• La partie en haut à gauche représente deux taureaux, le symbole du Béarn en hommage à la famille de Louis de Galard de Béarn, écuyer et sieur du Repaire.
• La partie en haut à droite, damée de losanges aux couleurs ocre et rouge symbolise le pays angoumois.
• La partie en bas à gauche : un lion représentant les armes de Roffignac qui épousa Elisabeth de Vassoigne et hérita du château du Repaire à la mort de René de Vassoigne.
• La partie centrale : trois corneilles de sable becquées membrées et onglées de gueules, deux en chef et une en pointe, représentent les armes, du XIVème, des Galard de Béarn.
• La partie en bas à droite ressemblerait peut-être à deux renards ou au taureau passant d’or de la maison Ranconnet d’Escoire ; mais les siècles ayant estompé les peintures, nous invitons les habitants de Rougnac à nous faire connaitre leurs connaissances sur cette époque.

Nous sommes reconnaissants à l’Abbé Perret, curé de Rougnac de 1893 à 1927, d’avoir restauré cette crypte mystérieuse, cachant des rituels oubliés. Elle est la plus spacieuse et la plus intéressante de notre département.

Plus de photos